Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2013

06: Des conventions départementales très humanistes...

Comme je l'ai signalé dans ma chronologie-hebdo200130114, Fabien Bénard, président du MoDem 06, a informé les militants que la 1ère Convention Départementale 2013 du MoDem 06 se tiendra vendredi 25 janvier à 18h30.

Cet événement me conduit à revenir sur la précédente Convention départementale qui s'est tenue dans la salle des Associations, 2 cours Masséna, à Antibes le vendredi 16 novembre 2012 à 18h30.

Il ne m'appartient pas d'en faire un compte-rendu officiel, mais je peux livrer mon propre regard sur la direction à prendre. Les points à l'ordre du jour proposaient essentiellement de faire des analyses de l'Université de rentrée et de la création de l'UDI et de formuler des pistes pour les municipales 2014 et les élections européennes.

Quatre contributions, dont la mienne, avaient été envoyées au préalable. Il n'était pas prévu qu'elles soient suivies de votes. Le débat a été très large, presque tous les participants ayant pris la parole. Certains ont manifesté l'inquiétude que, du fait que le MoDem apparaît «divisé» en trois attirances (l'une à droite, l'autre à gauche et la dernière vers une attitude d'indépendance totale), il puisse y avoir des communes où des «candidats MoDem» se trouvent en compétition dans des listes différentes. C'est un problème très concret que nous ne devons pas, me semble-t-il, esquiver.

Ceci dit, je vous donne en annexe, ma contribution, intitulée «De la création de l'UDI aux municipales de 2014», qui a cherché à replacer nos travaux dans le cadre d'un développement politique durable inscrit dans une vision de long terme.

 

ANNEXE:

 

De la création de l'UDI aux municipales de 2014

Contribution présentée par Robert Brugerolle

 

En conclusion, de l'Université de Guidel, François Bayrou a déclaré: «nous choisirons ce qui sera le plus utile au pays dans les moments difficiles qu'il va traverser». Ce propos pragmatique doit nous guider.

Inquiétudes

Nous le savons: une défense réaliste de l'intérêt général, impose d'énoncer des paroles de vérité. Les dettes que nous avons accumulées, bien trop souvent pour répondre à des besoins de fonctionnement au détriment des besoins d'investissement, nous contraignent aujourd'hui à entrer dans le jeu de la performance économique alors qu'une partie de la population y rechigne pour diverses raisons. En d'autres termes, la compétitivité, ce mot bien trop galvaudé et si mal mis en oeuvre dans la période précédente, est en train de devenir la règle. Pour mesurer les difficultés à venir, il faut prendre conscience que l'avenir qui se prépare, semble faire la part belle à une idéologie nouvelle: le transhumanisme. Elle aboutit à soutenir l'hypothèse de l'apparition d'un phénomène nouveau qui va modifier globalement notre existence: la «singularité technologique».

Dans ce contexte, le Mouvement démocrate, qui se rattache à la culture humaniste classique, doit prendre en considération les dérives qu'une mauvaise compréhension des réalités, peuvent entraîner: les menaces, qui planent sur l'environnement et sur l'individu, sont d'autant plus fortes que la fébrilité, engendrée par l'impératif du remboursement de la dette, peut conduire à toutes les négligences. Pour sa part, le MoDem n'a pas le choix: il doit être à la hauteur des défis que le monde contemporain . C'est la qualité de ses diagnostics et de ses solutions qui, sur la longue distance, lui conféreront son autorité future.

Dans ce contexte, la création de l'UDI est-elle importante? Répondre aujourd'hui à cette question me paraît, comme à beaucoup d'observateurs, prématuré. Cependant, alors que la situation présente nécessite imagination, ouverture d'esprit et pédagogie, la volonté de ce parti d'exprimer comme priorité le principe que le centre doit s'enfermer à droite, ce qui peut en faire un soutien inaudible de l'UMP, n'est absolument pas un atout. D'ailleurs, lors de son discours de clôture des universités de rentrée du MoDem, le dimanche 30 septembre, François Bayrou a exprimé sa distance avec l'UDI en expliquant: «Nous pouvons nous allier, mais nous ne pouvons pas nous dissoudre». Il a, par la suite, réaffirmé cette attitude avec constance, faisant de celle-ci l'élément de base pour la préparation des municipales de 2014.

Municipales de 2014

Cette échéance est une occasion précieuse d'exprimer un message politique consistant à nos concitoyens. C'est sur le terrain local que nous pouvons vraiment agir en mettent en oeuvre les réponses aux vrais enjeux de notre époque que les professionnels de la politique ont pris trop souvent l'habitude de dissimuler derrière un langage qui jette de la poudre aux yeux. Ici, il est important de rappeler qu'avant de penser sérieusement à être élu, chaque militant doit se faire bien connaître des électeurs par ses actions.

Dans sa lettre aux membres du Mouvement Démocrate du vendredi 12 octobre 2012, Marc Fesneau, secrétaire général, indique que «nous devons poursuivre nos efforts pour ancrer le Mouvement démocrate dans nos territoires et préparer l'avenir». Afin d'y parvenir, il désigne deux tâches principales: « d'une part, la préparation des prochaines échéances électorales et, d'autre part, une meilleure structuration et coordination de nos moyens internes ».

Concrètement, dans les Alpes-Maritimes, cela signifie qu'il faudra privilégier, le dialogue, les échanges, le débat. La recherche de la performance économique dont nous avons parlé au début doit se faire d'une manière éthique. Il faut veiller à ne pas tomber dans le piège d'une présentation uniquement comptable des problèmes. Leur caractère pluridimentionnel impose de prendre en compte les nuisances qu'une recherche aveugle de la croissance peuvent engendrer sur le plan local. Dans nos programmes, nous devons, bien évidemment, intégrer explicitement les coûts sociaux et environnementaux qu'une action désordonnée peut générer.

Si chaque commune a sa spécificité qui devra être traitée comme telle, en ce qui concerne Nice où, au centre, Rudy Salles est implanté depuis des lustres, je propose une démarche offensive: à l'exemple des suggestions qu'ici ou là fusent pour la gauche, le MoDem doit faire campagne pour l'organisation de primaires dans le cadre du centre, afin de prendre à contrepied ceux qui, à l'UDI, souhaite déporter ce centre à droite. Nous verrons bien alors qu'elle sera l'éventail de ceux qui seront prêt à se lancer dans cette élection municipale avec, peut-être, des surprises à la clef.

Dans le cadre du développement d'actions sur le terrain, l'organisation d'une université populaire, conçue en accord avec l'équipe pilotée par Christine Espert, me paraît également dynamisante par l'apport en contenus que cela soutend. L'un des sujets prioritaire à analyser dans cette université devrait être celui du lien entre la compétitivité et l'éthique.

Enfin, en ce qui concerne la communication interne du MoDem 06, je trouve que le site de veille que j'anime n'est pas assez mis en avant et intégré dans la pratique des militants pour rendre son efficacité vraiment probante. Le travail que je fais dans ce domaine est relativement considérable et il est dommage que cette dépense d'énergie ne soit pas plus profitable au MoDem. Un effort collectif doit être entrepris pour trouver une solution satisfaisante à cette question.

Notre message fondamental

Pour conclure, rappelons l'essentiel de notre message humaniste. Il n'est généré de richesse que par le développement humain. En ces temps problématiques, c'est vers la création intelligente d'activités que viendra le salut. C'est là que se trouve le gisement de la vraie rentabilité. «Produire, instruire, construire», ces axes présentés par François Bayrou à la présidentielle de 2012, sont plus que jamais d'actualité. Les candidats du MoDem 06 aux élections locales devront, à l'évidence, les avoir en tête pour contribuer à corriger les déficiences qui ont conduit aux déficits actuels.

08/11/2010

Observatoire des coûts à Nice: Yann Librati (PS) se dérobe!

Dans Nice-Matin, une nouvelle, que nous connaissions déjà, a été publiée, ce lundi 8 novembre 2010: le conseiller municipal, Yann Librati, jette l'éponge en ce qui concerne l'Observatoire des coûts.

C'est sous la forme d'un dialogue questions/réponses que Yann Librati, Conseiller municipal, justifie son comportement. Tout d'abord, il assure qu'un «véritable observatoire des coûts aurait permis d'identifier avec certitude les surcoûts pratiqués» ce qui, selon lui, ne peut être réalisé avec un observatoire des prix.

De ce fait, l'élu socialiste déclare: «Il est hors de question que je continue à m'associer, au sein de l'observatoire, à une démarche qui relève plus d'une simple vérification, dans une logique d'achat que d'une véritable étude comparative des coûts».

Pour ma part, bien que convaincu qu'il faut aller plus dans le sens d'un observatoire des coûts que d'un observatoire des prix, je relève que les propos de Yann Librati dissimulent une certaine mauvaise foi alliée à une incompétence perceptible.

En effet, vouloir créer un observatoire des coûts demande d'abord des capacités et des moyens importants que le contribuable niçois devra acquitter: le progrès n'est pas gratuit n'en déplaise à Yann Librati. Cela demande aussi, un travail pointu dont, à l'évidence, le Conseiller municipal n'avait pas mesuré le niveau. D'ailleurs quand il évoque les surcoûts, il n'explique pas les méthodes qu'il imagine pour les faire apparaître.

Mais, en réalité, ce qui me choque le plus, c'est qu'une préoccupation actuelle, et qui est essentielle (après le succès de la Conférence sur la biodiversité de Nagoya!), n'est à aucun moment évoquée: je veux parler de l'observation des coûts sociaux et environnementaux. Quel lamentable oubli!

Pour terminer, il me semble que, même si l'observatoire des prix manque de transparence, l'on se serait attendu à ce que Yann Librati nous en fasse mieux connaître les procédures en faisant mettre en ligne ses travaux. Dans la foulée, il aurait pu aussi expliquer sa méthodologie de rechange, mais, là encore, c'est le silence car, au fond, ce dossier clairement le dépasse et il a trouvé cette pirouette pour échapper à une responsabilité qu'il avait mal appréciée.

On peut voir dans cette dérobade, un témoignage de plus des contorsions creuses de la «gauche des illusions» que raille François Bayrou.

26/09/2010

Cantonales 2011: Rudy Salles «fait chanter» les populations!

Rudy Salles dans un article sur son site intitulé «Cantonales: échéance mai 2011» (sic!), présente sa vision des prochaines élections cantonales à Nice. Au passage, il avoue qu'il fait partie d'une majorité qui reste sourde aux observations de son opposition essentiellement de gauche: son message, c'est que les populations ne seront pas entendu si elles élisent des représentants qui seraient condamnés à faire de la figuration «comme le font les élus de gauche depuis plusieurs années»:

http://www.rudy-salles.com/blog/index.php/2010/09/25/1384...

Cette scandaleuse intimidation en direction des populations est lamentable. Elle met à jour un grand mépris du peuple et de la démocratie, sans autres arguments à l'appui. Nous sommes au Centre mais surtout, démocrates et, de ce fait, même si nous portons des idées différentes de la «gauche des illusions» que repère François Bayrou, un tel chantage sans aucun argument de fond doit être condamné avec la plus grande netteté. Il existe un Centre indépendant qui se rassemble autour du MoDem et qui a aussi sa place dans le débat démocratique: ne l'oubliez pas monsieur Rudy Salles!

 

24/09/2010

La Trinité: le MoDem souligne les manoeuvres électoralistes de Louis Scoffié et de sa majorité.

François Bayrou n'est pas la seule personnalité qui fait honneur au MoDem dans le journal Nice-Matin de ce vendredi 24 septembre 2010. A la page 23, de la version-papier du journal, dans la rubrique «Vallées», l'examen par le Conseil municipal de la Trinité de la délibération sur la vidéoprotection et les 17 caméras qui seront implantées, fait l'objet d'un compte rendu où Gilles Rainero est cité, à la fin de l'article; «Arrêtez de prendre des mesures uniquement électoralistes!», dit-il, s'adressant à la monsieur Louis Scoffié et à sa majorité UMP.

Il faut savoir à ce propos, que notre ami du MoDem a mis en ligne sur son site toute son argumentation très serrée sur la question:

http://rainerogilles.blogspot.com/2010/09/la-securite-na-...

Elle mérite d'être lue car elle montre parfaitement le travail et le sérieux des analyses des conseillers municipaux "MoDem" de La Trinité.