Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

Le jour du dépassement pour l'année 2017 se produira le 2 août

 

Alors que des discussions existent sur la suite à donner à la Conférence de Paris sur le climat, de décembre 2015, au cours de laquelle la communauté internationale s'est engagée «à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de juguler le réchauffement climatique», sachant que les émissions de gaz à effet de serre «représentent à elles seules 60% de notre empreinte écologique mondiale», il n'est pas inintéressant de repérer le «jour du dépassement» pour l'année de 2017.

 

Il apparaît que ce sera le mercredi 2 août selon l'estimation faite par l'ONG Global Footprint Network *: il correspond à la date virtuelle de la consommation par l'humanité de «l'ensemble des ressources que la planète peut renouveler en une année». Ce moment qui, «survient de plus en plus tôt chaque année» («en 2016, le 'jour du dépassement' était intervenu le 3 août»), signifie qu'à partir du 2 août, l'humanité vivra «à crédit» jusqu'au 31 décembre 2017.

 

On peut également dire qu'à l'heure actuelle, l'humanité, pour subvenir à ses besoins, exploite «l'équivalent de 1,7 planète» en renouvellement (pour effectuer ce calcul, Global Footprint «prend notamment en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau»).

 

Notons cependant qu'en tenant compte des dernières données scientifiques, «Global Footprint recalcule chaque année la date du 'jour du dépassement' pour les années passées depuis que ce "déficit écologique" a commencé à se creuser au début des années 1970». Ainsi, alors qu'elle avait «annoncé l'année dernière que ce jour surviendrait le 8 août 2016», elle «a depuis corrigé cette date en 3 août 2016»: tout compte fait, il faut, peut être, y voir un indice que le rythme de progression de cette exploitation terrestre sauvage s'est ralenti ces dernières années.

 

 

Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

* Global Footprint Network

 

 

08/08/2016

Le lundi 8 août correspond pour 2016 au jour du dépassement!

Il est de plus en plus urgent de modifier notre façon d'exploiter les ressources de notre Terre. C'est bien ce qui ressort de la date donnée pour cette année 2016 par l'ONG Global Footprint Network, pour le 'jour du dépassement' ('earth overshoot day' en anglais).

 

Le lundi 8 août 2016 correspond à ce jour qui indique que l'humanité a dépensé ce jour-là «la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an». Autrement dit à partir de cette date, l'humanité vit à crédit jusqu'au 31 décembre, d'après les calculs présentés par Global Footprint qui tiennent compte de l'empreinte carbone, des ressources consommées «pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau».

Remarquons que, d'après ces calculs, le jour du dépassement «avance inexorablement depuis les années 1970»: en effet, alors qu'en 1970, il est survenu le 23 décembre, sa date était le 3 novembre en 1980, le 13 octobre en 1990, le 4 octobre en 2000, le 3 septembre en 2005, le 28 août en 2010 et le 13 août en 2015. Il en découle qu'aujourd'hui, nous avons besoin «de l'équivalent de 1,6 planète» par an. Le plus important facteur de dépassement sont les émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre, qui «représentent "60% de notre empreinte écologique globale».

 

29/01/2013

Environnement: Peugeot va se lancer dans la production de voitures à motorisation essence hybride utilisant un stockage pneumatique!

Le jeudi 18 novembre 2010, une délégation du MoDem 06, dont je faisais partie, a pu visiter les installations de l'entreprise MDI (Motor Development International) à Carros. Il s'agissait d'avoir une information de première main sur le développement des véhicules propres à air comprimé. Pour ceux que cela intéresse, des renseignements sur cette société sont abondamment fournies par wikipédia.

Aujourd'hui, il apparaît que la commercialisation de ce type de transport d'avant-garde ne soit pas aussi rapide que nous l'espérions à l'époque; cependant des informations optimistes à ce propos sont parues récemment dans la presse spécialisée locale.

En fait, l'actualité véritable, c'est que cette idée a, sans aucun doute, inspiré un concept un peu différent aux bureaux d'études de PSA: en effet, Peugeot vient d'annoncer le lancement, à horizon 2016, d'une production de voitures à motorisation hybride à essence utilisant un stockage pneumatique plutôt qu'une batterie électrique. Cette technologie, baptisée «Full Hybrid Air», devrait permettre au constructeur français de réduire la consommation en carburant pour un coût moins élevé que ses concurrents.

La nouvelle technique choisie par PSA, qui fait du coût de sa technologie un de ses principaux arguments de communication, semble aller dans le bon sens pour diminuer la pollution atmosphérique et la libération de CO2. Pourtant, il n'est pas sûr que le risque, qu'il prend sur le plan industriel, soit couronné de succès. S'il échouait, ce serait, semble-t-il, bien dommage pour notre environnement.

Robert Brugerolles

08/11/2010

Observatoire des coûts à Nice: Yann Librati (PS) se dérobe!

Dans Nice-Matin, une nouvelle, que nous connaissions déjà, a été publiée, ce lundi 8 novembre 2010: le conseiller municipal, Yann Librati, jette l'éponge en ce qui concerne l'Observatoire des coûts.

C'est sous la forme d'un dialogue questions/réponses que Yann Librati, Conseiller municipal, justifie son comportement. Tout d'abord, il assure qu'un «véritable observatoire des coûts aurait permis d'identifier avec certitude les surcoûts pratiqués» ce qui, selon lui, ne peut être réalisé avec un observatoire des prix.

De ce fait, l'élu socialiste déclare: «Il est hors de question que je continue à m'associer, au sein de l'observatoire, à une démarche qui relève plus d'une simple vérification, dans une logique d'achat que d'une véritable étude comparative des coûts».

Pour ma part, bien que convaincu qu'il faut aller plus dans le sens d'un observatoire des coûts que d'un observatoire des prix, je relève que les propos de Yann Librati dissimulent une certaine mauvaise foi alliée à une incompétence perceptible.

En effet, vouloir créer un observatoire des coûts demande d'abord des capacités et des moyens importants que le contribuable niçois devra acquitter: le progrès n'est pas gratuit n'en déplaise à Yann Librati. Cela demande aussi, un travail pointu dont, à l'évidence, le Conseiller municipal n'avait pas mesuré le niveau. D'ailleurs quand il évoque les surcoûts, il n'explique pas les méthodes qu'il imagine pour les faire apparaître.

Mais, en réalité, ce qui me choque le plus, c'est qu'une préoccupation actuelle, et qui est essentielle (après le succès de la Conférence sur la biodiversité de Nagoya!), n'est à aucun moment évoquée: je veux parler de l'observation des coûts sociaux et environnementaux. Quel lamentable oubli!

Pour terminer, il me semble que, même si l'observatoire des prix manque de transparence, l'on se serait attendu à ce que Yann Librati nous en fasse mieux connaître les procédures en faisant mettre en ligne ses travaux. Dans la foulée, il aurait pu aussi expliquer sa méthodologie de rechange, mais, là encore, c'est le silence car, au fond, ce dossier clairement le dépasse et il a trouvé cette pirouette pour échapper à une responsabilité qu'il avait mal appréciée.

On peut voir dans cette dérobade, un témoignage de plus des contorsions creuses de la «gauche des illusions» que raille François Bayrou.