Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2013

Ma chronologie-hebdo20130223

  "La démocratie produit un mouvement dirigé vers le bien-être de chacun." (Robert Brugerolles)

 

 

Chers amis démocrates,

 

Tout d'abord, je vous signale que, dans l'édition de février 2013, de la 5ème newsletter «En Direct du Terrain», qui vient de paraître, je relève la publication d'une fiche pratique concernant la possibilité de constitution d’une «association de soutien à caractère municipal». Rédigée par Christophe Grudler, elle est particulièrement utile alors que nous sommes à environ un an des élections municipales.

Avec les soupçons de corruption qui pèsent sur la FIFA, les 380 matchs présumés truqués, les affaires de mœurs, il apparaît que le monde du football se trouve dans une mauvaise passe...

Jean-Luc Bennahmias, vice-président du Modem, expose sa solution dans sa dernière tribune publiée sur le Plus du NouvelObs: «FIFA, matches truqués, affaires de mœurs : et si l'UE mettait le nez dans le foot ?».

Par ailleurs, les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales des vingt pays les plus riches (le G20 représente 90% du PIB mondial et 80% du commerce mondial) ont considèré dans un communiqué, rédigé à la suite de leur réunion à Moscou, que des risques importants pèsent toujours sur l'économie mondiale «avec le chômage persistant à un niveau élevé inacceptable dans de nombreux pays». Du fait de ce contexte, ils se sont montrés plus souples dans leurs politiques de rigueur budgétaire. De plus, également au nom de la préservation de la croissance, les pays du G20 se sont engagés à ne pas recourir «aux dévaluations compétitives», qualifiée de «guerre des monnaies».

 

Dimanche 17 février, dans un entretien publié dans Le Parisien/Aujourd'hui en France, François Bayrou estime que le rapport annuel de la Cour des comptes sur les finances de la France et les immolations de chômeurs devant Pôle Emploi constituent «deux signaux d'alerte»: «Ce qu'on attend, c'est une politique d'urgence pour le redressement», déclare-t-il.

Il exhorte, en particulier, le gouvernement à «faire sauter tous les obstacles dressés contre ceux qui veulent créer de l'activité : le labyrinthe des normes, la complexité du droit du travail, l'insécurité juridique et fiscale permanente».

 

D'autre part, un institut de l'économie circulaire vient d'être lancé à Paris. Son objet sera de promouvoir une nouvelle économie, où les déchets se feraient ressources en revenant à la terre ou en étant réutilisés pour fabriquer d'autres produits. Il veut répondre à l'idéal vertueux de ne plus créer de résidus que les systèmes industriel et naturel ne puissent absorber.

Cette révolution économique est élaborée comme une réponse aux défis du développement durable pouvant participer de façon significative à la ré-industrialisation de la France avec à la clef de nombreux emplois non dé-localisables. La vocation de l’Institut de l’économie circulaire sera d’identifier les freins à cette conception nouvelle de l'économie et de mettre en place les leviers nécessaires à sa mise en œuvre. Pour cela, il organisera des ateliers de travail, un colloque annuel et mettra en place une plate-forme réunissant différents acteurs. Il envisage d'éditer un livre blanc d'ici deux ans et prévoit d'élaborer une proposition de loi avant 2018.

 

Invité sur BFMTV et RMC, ce mardi 19 février 2013, François Bayrou a prédit qu'il y aurait «zéro de croissance au mieux» en 2013 en France, alors que le ministre Laurent Fabius venait d'annoncer une baisse de la prévision gouvernementale actuellement établie à +0,8%. «On sent un flottement du côté du gouvernement, de la majorité, parce qu'on ne voit pas la politique qui va permettre de répondre aux causes de cette dégradation que nous avons sous les yeux», a-t-il souligné en remarquant que le problème était européen et pas seulement français. «Dans cette Europe en difficulté, la France ne tient pas son rang», a-t-il, de plus, jugé, estimant que «nous avons capitulé devant les faiblesses françaises».

Néanmoins, le journal Le Figaro relève qu'il a assuré également qu'il n'a pas changé d'avis par rapport à l'élection présidentielle et revoterait aujourd'hui pour François Hollande.

A la suite de l'affaire de la viande de cheval et de la décision de réintroduire des farines animales pour nourrir des poissons, Jean-Luc Bennahmias, député européen et vice-président du MoDem, affirme «l'urgence d'un changement de nos modes de production et de consommation», tout en saluant «l'initiative de la France (par l'intermédiaire de la ministre Delphine Batho) de créer un label 'sans farines animales'». Il estime, en particulier, que «la seule façon de savoir ce qu'on mange réellement est de retourner à des réseaux de proximité, de rétablir des circuits courts».

Il constate que «le manque de protéines est un problème considérable dans l'Union européenne» et que l'aquaculture «est un secteur en tension». Il déplore que la pêche minotière, qui fait vivre cette industrie alimentaire, est «clairement une aberration écologique»: «Capturer sept kilos de poissons pour les transformer en farine et produire un kilo de poisson d'élevage n'est pas tenable sur le moyen et le long terme», pointe-t-il.

 

Ce jeudi matin 21 février, François Bayrou a répondu sur i>télé à une série de questions d'actualité. Il a, en particulier, plaidé pour que la France redevienne un pays «où il fait bon travailler et où les créateurs sont soutenus». Il constate cependant «qu'il y a deux Gauche au pouvoir» avec «d'un côté, des responsables qui ont dans l'idée que c'est dans le soutien à l'activité que se joue l'avenir» et «de l'autre, les défenseurs d'une ligne plus ancienne et contreproductive pour le pays».

 

Indiquons aussi que Marc Concas, conseiller général socialiste des Alpes-Maritimes, a demandé, dans une lettre adressée au premier secrétaire du parti socialiste Harlem Désir, l'organisation de "primaires ouvertes" en vue des élections municipales de Nice, "dans l'esprit de celles qui ont permis la victoire de notre Camarade François HOLLANDE à la présidence de la république", explique-t-il.

Bien que le projet ne corresponde pas, stricto sensus, à des "primaires socialistes", comme l'a indiqué de manière fautive le journal Le Figaro, on peut noter que Marc Concas se garde bien d'en proposer l'ouverture à divers modérés et au MoDem. L'idéal de rassemblement du conseiller général apparaît donc bien limité et sans esprit de renouvellement.

Pour terminer, je signale que le journal Le Monde présente deux cartes, précieuses pour les comparaisons, sur les prévisions concernant les déficits publics et la croissance dans la Zone euro en 2013.

Très belle semaine à tous!

Amitiés démocrates

                                     Robert Brugerolles

 

16/02/2013

Ma chronologie-hebdo20130216

  "La démocratie produit un mouvement dirigé vers le bien-être de chacun." (Robert Brugerolles)

 

 

Chers amis démocrates,

 

Cette semaine, le cap des 2000 billets a été dépassé sur la page de veille du Mouvement démocrate des Alpes-Maritimes. Voici donc, mon compte-rendu hebdomadaire des actualités politiques qui y ont été reprises.

Tout d'abord, alors que François Hollande tentait, vendredi 8 février au soir, de convaincre qu'il avait tenu à Bruxelles ses grands objectifs en faveur de la croissance et de la politique agricole en dépit d'un budget d'austérité imposé par les Britanniques et les Allemands, on peut rappeler que Robert Rochefort, au micro de RFI, le matin du même vendredi, a eu des propos très durs envers M. Cameron. En outre, en direction du président de la République française, il avait considéré qu'il ne devait pas «être prisonnier du chantage qui s'exerce entre M. Cameron et Mme Merkel, mais s'appuyer sur M. Monti et d'autres de nos partenaires».

Dimanche 10 février, invité sur Radio J, François Bayrou a estimé que l'accord budgétaire, trouvé par les dirigeants européens cette semaine, était «une déception à l'égard d'une Europe dont le budget traduit le manque d'ambition». Le président du MoDem compte, en conséquence, sur le Parlement européen pour qu'il dise «non, c'est insuffisant».

A propos de l'intervention au Mali qu'il a soutenue, il a déclaré: «on voit que notre siège au Conseil de sécurité des Nations unies est justifié».

En ce qui concerne les produits contenant de la viande de cheval, il juge que ce «n'est pas un scandale alimentaire, mais une escroquerie»: «Il y a donc les questions de cette escroquerie, des cadeaux de cette escroquerie, de la traçabilité et de la loi du produit toujours le moins cher qui fait que la qualité passe tout à fait au deuxième plan», a-t-il déploré.

Lundi, François Bayrou a salué le geste du pape Benoît XVI, qui a annoncé sa renonciation au trône de Saint-Pierre: «La haute conception des responsabilités de cette charge immense et souvent brutalement controversée que cette décision suppose, ne peut que renforcer aux yeux de tous l'attachement que les catholiques ont pour la haute figure de cet homme», a-t-il déclaré, estimant que «c'est un geste responsable, très courageux, qui va ouvrir une nouvelle époque de la vie de l’Église».

Invité ensuite, sur Public Sénat et Radio Classique, François Bayrou a répété qu'il aurait voté contre la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe: «Je n'aurais pas voté ce texte», car, a-t-il expliqué, «le statut d'union que j'ai proposé depuis de longues années était le moyen de réconcilier et de trouver à la fois la reconnaissance et les droits». Il a cependant souligné «que la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, a gagné des points», ce qui «fait plaisir car elle a été très moquée quand elle a été choisie».

Mardi 12 février sur Europe 1, alors que les enseignants faisaient grève, François Bayrou a conseillé à Vincent Peillon de «changer d'approche». En ce qui concerne le dernier rapport de la Cour des comptes, le président du MoDem a déploré que «pour l’instant, on ne voit aucune réalisation pratique et concrète» de soutien à la production.

D'autre part, pour la sortie de la 56e édition de l’enquête semestrielle de conjoncture, Oséo, qui présente les résultats par région en analysant cinq principaux indicateurs (activité, emploi, trésorerie, rentabilité, investissement) se fait l'écho de craintes d'un net repli en 2013 pour la région PACA.

Du côté de la province, pendant 3 jours (les jeudi 14, vendredi 15 et samedi 16 février), Nice est une sorte de nouveau Davos. Elle devient, en effet, la capitale de l'analyse des rapports entre «Argent et éthique». Organisateur de ce colloque, l’hebdomadaire Marianne est parvenu à réunir cette semaine au CUM un nombre considérable de personnalités qui vont animer une série de 28 débats.

Parmi les participants, on peut citer: Manuel Valls, Alain Juppé, Fleur Pellerin, Jean-Luc Bennahmias, Jean-Pierre Jouyet, Jean Peyrelevade, Michel Onfray, Jean-François Kahn, Gérard Longuet, Eric de Montgolfier... «Le monde de la finance est-il soluble dans la démocratie ?», «Le corps est-il une marchandise comme une autre ?» ou encore «Dieu aime-t-il les banques ?».

Toujours à propos de Nice, Nice-Matin annonce que Claude Raybaud, un auteur régional sympathisant de UMP, se lance dans la bataille des municipales. Selon le journal, il veut conduire une liste citoyenne centriste afin de peser dans le débat démocratique: elle va défendre l'idée d'un bus-tram pour la capitale azuréenne.

La crédibilité de cette candidature reste encore à vérifier mais on peut noter que son "co-pilote" André Dettori, architecte d'intérieur, et créateur du collectif des comités de quartier, a indiqué que la liste serait "ouverte à tous, sauf aux extrêmes".

Par ailleurs, mercredi 13 février, au moment où une réunion des ministres concernés par l'affaire des plats préparés à la viande de cheval s'est ouverte à Bruxelles, Marielle de Sarnez a formulé une série de mesures, souhaitables au niveau de l'Europe, en vue de parvenir à «un meilleur étiquetage, des contrôles renforcés, des sanctions adéquates, un mécanisme d'alerte coordonné et la mise en place d'un système plus éthique».

Pour sa part, Jean-Jacques Jégou, Maire du Plessis-Trévise et ancien vice-président de la Commission des finances au Sénat, demande au gouvernement d'entendre «les recommandations de la Cour des comptes» et de faire preuve de courage en matière budgétaire, en lui soumettant une série de mesures concrètes permettant de «dégager à court terme 30 milliards d'euros d'économies».

Le deux-millième billet du site de veille concernait l'entretien que François Bayrou a accordé à Ruth Elkrief sur BFM TV, mercredi 13 février 2013. A cette occasion, il a exhorté le gouvernement à «passer un cran au dessus dans sa politique économique». Relevant que «pour l'instant, les choix ont été annoncé mais n'ont pas été faits», il souligne que «le principal problème est que François Hollande n'a pas la majorité pour mener cette politique de redressement» et qu'il faut s'attendre à «des turbulences très grandes dans la majorité sur ce sujet».

Je termine cette présentation sur une actualité mondiale: ces vendredi et samedi à Moscou, les membres du G20 se réunissent pour se pencher sur la situation économique internationale. Il semble que la faiblesse de la reprise de l'économie mondiale, plombée par la zone euro, sera examinée avec l'espoir d'écarter la menace d'une «guerre des monnaies» ravivée par le récent virage japonais.

Cependant, il faut souligner que, dans ce contexte, le Fonds monétaire international (FMI) juge «exagérées» les craintes et que Mario Draghi, le président de la BCE, cité par l'agence financière Dow Jones Newswires, a dénoncé les bavardages sur la guerre des monnaies qui sont «soit inappropriés, soit sans intérêt, dans tous les cas contre-productifs». Nous en apprendrons beaucoup plus très bientôt.

Très belle semaine à tous!

Amitiés démocrates

                                     Robert Brugerolles

 

09/02/2013

Ma chronologie-hebdo20130209

  "La démocratie produit un mouvement dirigé vers le bien-être de chacun." (Robert Brugerolles)

 

 

Chers amis démocrates,

 

Voici ma nouvelle sélection hebdomadaire d'actualités politiques recueillies dans le cadre de ma veille réalisée pour le Mouvement démocrate.

Elle commence par le signalement de la mise en ligne du numéro de janvier 2013 de la lettre d'information de Marielle de Sarnez. Parmi les rubriques, je relève tout particulièrement celle des "Textes législatifs à venir" avec quatre projets importants, qui sont sur le point d'être soumis au Parlement européen:

Renforcement de la lutte contre le tabagisme;

Encourager l’utilisation d’énergies propres pour les véhicules;

Composition du Parlement européen pour la mandature 2014-2020;

Un service ferroviaire européen de meilleure qualité.

D'autre part, un sujet important qui intéresse le sud-est de la France est le projet de ligne nouvelle LGV Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le comité de pilotage s’est réuni le 9 janvier dernier à Marseille. Dans la perspective d’une prochaine décision de la commission «Mobilité 21» chargée, par le gouvernement, d’apprécier, d’ici avril 2013, les projets inscrits au SNIT (Schéma National des Infrastructures Terrestres), il a adopté le principe d'un phasage par étapes successives pour la construction de la LGV. Cette décision devrait «permettre d’améliorer les transports du quotidien dans les secteurs les plus saturés, d'accélérer les connexions avec les réseaux ferroviaires italiens et espagnols, d'assurer une liaison rapide entre les grandes agglomérations de la Région, tout en étalant les coûts de réalisation dans le temps, en fonction des capacités de financement mobilisables».

Actuellement, RFF étudie, d’un point de vue technique et financier, les différentes solutions de phasage possibles en vue de les soumettre aux cofinanceurs dans les toutes prochaines semaines préalablement à leur présentation devant la commission «Mobilité 21».

Après la réunion du 9 janvier 2013, le compte-rendu et la présentation du Comité de Pilotage sont disponibles en ligne, ainsi que les synthèses des études de vitesse et temps de parcours, des études de prospective territoriale, le rapport complet de l’enquête confiée à l’institut IFOP en septembre 2012 (qui montre, en particulier que le projet est soutenu par 82% des habitants interrogés) et la note de situation financière.

De manière générale, pour suivre globalement le développement du projet, la consultation du site internet dédié est utile: http://www.lgvpaca.fr/actualites, en soulignant cependant que les opposants au projet, comme ceux du collectif Stop TGV Coudon, considèrent que phasage ou non, «il reste ruineux, inutile et nuisible».

Le dimanche 3 février, François Bayrou a estimé, sur Canal +, que le gouvernement faisait fausse route sur les nominations de hauts fonctionnaires: «Je vois qu'on met dans des fonctions des gens qui n'ont pas prouvé de compétences particulières», a-t-il expliqué, donnant en exemple la nomination d'Olivier Schrameck à la tête du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

«Moi qui ai fait de la moralisation dans la vie publique un objectif nécessaire pour la nation, je dis là, on fait fausse route !», a-t-il ajouté, rappelant qu'il avait voté pour François Hollande parce qu'il «avait dit qu'il romprait avec ces pratiques» de nominations partisanes.

En ce qui concerne le redressement de la France, François Bayrou a appelé à «un renforcement du dialogue social» afin que «les dirigeants d'entreprises partagent leurs objectifs avec les salariés». De plus, on peut souligner que le président du MoDem a indiqué souhaiter aussi «un système plus incitatif» de retour à l'emploi, «où les chômeurs pourraient cumuler pendant un certain temps leurs allocations et leur nouveau salaire».

Lundi 4 février sur Europe1, Robert Rochefort a appelé à "une mobilisation générale pour le Produire en France", fondée sur une série de propositions concrètes à l'échelle nationale et européenne.

Il propose aux citoyens de modifier 5% de leurs achats "en privilégiant un produit français plutôt qu'un produit étranger. La réalisation de cet objectif permettrait de diminuer "de moitié le déficit de notre balance commerciale", a-t-il relevé.

Les entreprises publiques devraient faire également un effort: «Je me suis fait engueuler par la Poste, car j'ai dénoncé le fait qu'elle achète des scooters taïwanais», constate-t-il. Il explique alors que lorsque l'entreprise prétexte que le prix était 20% pour cent moins cher que chez un fabriquant français, il faut se poser la question: «ont-ils par exemple pensé aux délais de réparation ? ». Sa conclusion c'est que cela démontre «qu'il ne faut pas uniquement regarder le prix d'achat, mais aussi aussi penser à la vie du produit». En d'autres termes, je dirais qu'il faut penser globalement à l'ensemble des coûts sociaux et environnementaux.

Dans le numéro 3 (Février 2013) de «En direct de l'actu», la direction du Mouvement Démocrate fait des propositions pour réinventer le dialogue social français avec en vue le redressement de notre industrie.

Par ailleurs, Marc Fesneau, secrétaire général du MoDem, chargé de la responsabilité de la préparation des prochains scrutins électoraux, rappelle que deux exigences seront mises en avant: «se concentrer sur l'enjeu électoral et privilégier la compétence à l'étiquette politique».

Critiquant la démarche proposée par Jean-François Copé, il détaille ces deux points.

L'enjeu électoral consiste en la défense de nos savoirs faire et de nos industries, l'accès de tous au logement, les exigences écologiques, la nécessité d'une démocratie locale clarifiée et sereine, l'amélioration concrète de la vie quotidienne, la préservation du cadre de vie et la tranquillité publique.

La compétence sera favorisée par la mise en œuvre de rassemblements nouveaux afin que toutes celles et ceux qui souhaitent, au niveau local, apporter leur contribution au redressement de leurs territoires et donc du pays, puissent le faire.

Enfin, alors que François Hollande tentait, vendredi 8 février au soir, de convaincre qu'il avait tenu à Bruxelles ses grands objectifs en faveur de la croissance et de la politique agricole en dépit d'un budget d'austérité imposé par les Britanniques et les Allemands, on peut rappeler que Robert Rochefort, au micro de RFI, le matin du même vendredi, a eu des propos très durs envers M. Cameron. En outre, en direction du président de la République française, il avait considéré qu'il ne devait pas «être prisonnier du chantage qui s'exerce entre M. Cameron et Mme Merkel, mais s'appuyer sur M. Monti et d'autres de nos partenaires».

Très belle semaine à tous!

Amitiés démocrates

                                     Robert Brugerolles

02/02/2013

Ma chronologie-hebdo20130202

 

Chers amis démocrates,

 

Ma sélection d'actualités politiques de la semaine commence par l'évocation d'une conséquence de l'intervention française au Mali, que François Bayrou a approuvée à son commencement: il apparaît qu'elle a complètement bouleversé la vie quotidienne de François Hollande. Ainsi, le chef de l’État donne, aujourd'hui, une image de président «normal» bien différente de celle qu'il avait affirmé vouloir présenter à l'époque de la campagne présidentielle et au début de son mandat.

 

La seconde information que je souligne a été commentée lundi 28 janvier par la commissaire européenne chargée des Nouvelles technologies, Neelie Kroes: elle a parlé des deux projets scientifiques d'envergure que la Commission européenne a choisi comme lauréats de FET Flagship (Future and emerging technologies), un programme d'innovation et de recherche de la Commission dans le domaine des technologies de la communication et de l'information.

Ces deux projets sont le projet Graphène dont la France sera, par le volume des activités de recherche conduites, le premier contributeur scientifique du projet durant sa phase de lancement et le projet Human Brain Project (HBP), qui regroupera les scientifiques de tout le continent autour de l'un des plus grands défis de la science contemporaine: comprendre le cerveau humain. J'ai gazouillé cette actualité, avec un peu plus de détails, sur le blog «Robert Brugerolles gazouille...»; elle le mérite bien.

 

Par ailleurs, le jeudi 18 novembre 2010, une délégation du MoDem 06, dont je faisais partie, a pu visiter les installations de l'entreprise MDI (Motor Development International) à Carros. Il s'agissait d'avoir une information de première main sur le développement des véhicules propres à air comprimé. Pour ceux que cela intéresse, des renseignements sur cette société sont abondamment fournies par wikipédia. Si je rappelle cela, c'est qu'aujourd'hui, ce moyen de transport a, sans aucun doute, inspiré un concept un peu différent de moteur hybride aux bureaux d'études de PSA. Cette innovation semble aller dans le bon sens pour diminuer la pollution atmosphérique et la libération de CO2.

 

Dans un autre domaine, Reporters sans Frontières a publié son classement mondial annuel des pays respectant la liberté d'informer et lancé un indice annuel mesurant la liberté de la presse à travers le monde, qui se calcule en notant pour chaque pays six critères: le pluralisme, l'indépendance des médias, les notions d'environnement et d'autocensure, le cadre légal, la transparence et enfin les infrastructures d'information.

On peut relever que le rapport estime que, si 16 pays de l'UE figurent toujours dans les trente premières places du classement, le modèle européen s’érode: la France par exemple, est placée généreusement par RSF à la 37ème place! Ces classements sont, malgré tout, à comparer de manière instructive avec les classements de la créativité que j'ai publié sur mon blog Cohérence démocrate: les distorsions ne sont pas toujours très importantes!

 

Mercredi 30 janvier, François Bayrou, invité de la matinale de LCI, a exposé son point de vue sur ce que le Parisien appelle "la nouvelle affaire Tapie": "On a pris l'argent du contribuable et on l'a donné de manière contraire au droit et au jugement de justice, selon moi et selon les juges", a-t-il affirmé.

Rappelant qu'il avait "écrit en 2009 un livre qui s'appelle Abus de Pouvoir" et fait en 2012 sa campagne électorale "sur le thème de la moralisation de la vie publique", il justifie de nouveau son vote en faveur de François Hollande en exprimant sa conviction "qu'il n'y avait pas de moralisation de la vie publique possible, s'il n'y avait pas d'alternance".

 

En ce qui concerne les municipales de 2014, alors que notre ami, Gilles Rainero, élu au conseil municipal de La Trinité, a lancé un appel à la réflexion pour l'organisation de primaires citoyennes dans sa commune, le laboratoire d'idées de gauche Terra Nova préconise qu'il en soit automatiquement ainsi dans les grandes villes. Elles auraient lieu à «une date commune, les dimanches 6 et 13 octobre 2013», ouvertes aux partis «partenaires localement, du PCF au Modem».

 

Toujours mercredi, cette fois sur BFMTV, François Bayrou s'est prononcé, en son nom personnel, contre la gestation pour autrui (GPA) mais s'est montré favorable à la circulaire Taubira, "au nom de la protection de l'enfant". Contre la gestation pour autrui (GPA), il met en avant que ce serait "le fait de louer une mère porteuse pour qu'elle fasse naître le bébé d'autres personnes", qui est "inacceptable parce qu'on ne vend pas un ventre".

En ce qui me concerne, je considère que, si le point de vue de François Bayrou est respectable, il ne tient pas compte de la GPA gratuite par amour. Je citerai l'exemple de ces mères qui ont porté l'enfant de leur fille dans l'impossibilité de le faire. Comme dans le don du sang qui, en France, est gratuit, on peut, à côté, du commerce qui, dans les faits, existe déjà, imaginer un système bénévole de GPA. Personnellement, par humanisme, j'y suis favorable. Ceci dit, il me paraît évident que "la gestation est toujours pour autrui, puisqu'en principe, elle est pour l'enfant".

 

Pour terminer, je signale une nouvelle très sympathique: le centriste Loïc Dombreval, qui a quitté la direction du MoDem 06 après en avoir été son président départemental, a annoncé officiellement, jeudi 31 janvier, lors de la cérémonie de ses vœux qu'il se présentera à Vence aux élections municipales de mars 2014 .

Loïc Dombreval à Sospel à l'époque où il faisait campagne pour le MoDem dans le cadre des européennes de 2009 / Photo Robert Brugerolles

Actuellement conseiller municipal d'opposition, dans la cité des arts, à la suite de la précédente élection en 2008, où sa liste avait créé la surprise en se classant en deuxième position de la consultation avec 32,17 % des suffrages exprimés, il a fait son annonce en présence des autres conseillers de son groupe : Catherine Le Lan, Yves Rousguisto, Patrice Miran et Laurence Boronad-Impéraire.

Très belle semaine à tous!

Amitiés démocrates

                                     Robert Brugerolles