Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2013

Ma chronologie-hebdo20130209

  "La démocratie produit un mouvement dirigé vers le bien-être de chacun." (Robert Brugerolles)

 

 

Chers amis démocrates,

 

Voici ma nouvelle sélection hebdomadaire d'actualités politiques recueillies dans le cadre de ma veille réalisée pour le Mouvement démocrate.

Elle commence par le signalement de la mise en ligne du numéro de janvier 2013 de la lettre d'information de Marielle de Sarnez. Parmi les rubriques, je relève tout particulièrement celle des "Textes législatifs à venir" avec quatre projets importants, qui sont sur le point d'être soumis au Parlement européen:

Renforcement de la lutte contre le tabagisme;

Encourager l’utilisation d’énergies propres pour les véhicules;

Composition du Parlement européen pour la mandature 2014-2020;

Un service ferroviaire européen de meilleure qualité.

D'autre part, un sujet important qui intéresse le sud-est de la France est le projet de ligne nouvelle LGV Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le comité de pilotage s’est réuni le 9 janvier dernier à Marseille. Dans la perspective d’une prochaine décision de la commission «Mobilité 21» chargée, par le gouvernement, d’apprécier, d’ici avril 2013, les projets inscrits au SNIT (Schéma National des Infrastructures Terrestres), il a adopté le principe d'un phasage par étapes successives pour la construction de la LGV. Cette décision devrait «permettre d’améliorer les transports du quotidien dans les secteurs les plus saturés, d'accélérer les connexions avec les réseaux ferroviaires italiens et espagnols, d'assurer une liaison rapide entre les grandes agglomérations de la Région, tout en étalant les coûts de réalisation dans le temps, en fonction des capacités de financement mobilisables».

Actuellement, RFF étudie, d’un point de vue technique et financier, les différentes solutions de phasage possibles en vue de les soumettre aux cofinanceurs dans les toutes prochaines semaines préalablement à leur présentation devant la commission «Mobilité 21».

Après la réunion du 9 janvier 2013, le compte-rendu et la présentation du Comité de Pilotage sont disponibles en ligne, ainsi que les synthèses des études de vitesse et temps de parcours, des études de prospective territoriale, le rapport complet de l’enquête confiée à l’institut IFOP en septembre 2012 (qui montre, en particulier que le projet est soutenu par 82% des habitants interrogés) et la note de situation financière.

De manière générale, pour suivre globalement le développement du projet, la consultation du site internet dédié est utile: http://www.lgvpaca.fr/actualites, en soulignant cependant que les opposants au projet, comme ceux du collectif Stop TGV Coudon, considèrent que phasage ou non, «il reste ruineux, inutile et nuisible».

Le dimanche 3 février, François Bayrou a estimé, sur Canal +, que le gouvernement faisait fausse route sur les nominations de hauts fonctionnaires: «Je vois qu'on met dans des fonctions des gens qui n'ont pas prouvé de compétences particulières», a-t-il expliqué, donnant en exemple la nomination d'Olivier Schrameck à la tête du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

«Moi qui ai fait de la moralisation dans la vie publique un objectif nécessaire pour la nation, je dis là, on fait fausse route !», a-t-il ajouté, rappelant qu'il avait voté pour François Hollande parce qu'il «avait dit qu'il romprait avec ces pratiques» de nominations partisanes.

En ce qui concerne le redressement de la France, François Bayrou a appelé à «un renforcement du dialogue social» afin que «les dirigeants d'entreprises partagent leurs objectifs avec les salariés». De plus, on peut souligner que le président du MoDem a indiqué souhaiter aussi «un système plus incitatif» de retour à l'emploi, «où les chômeurs pourraient cumuler pendant un certain temps leurs allocations et leur nouveau salaire».

Lundi 4 février sur Europe1, Robert Rochefort a appelé à "une mobilisation générale pour le Produire en France", fondée sur une série de propositions concrètes à l'échelle nationale et européenne.

Il propose aux citoyens de modifier 5% de leurs achats "en privilégiant un produit français plutôt qu'un produit étranger. La réalisation de cet objectif permettrait de diminuer "de moitié le déficit de notre balance commerciale", a-t-il relevé.

Les entreprises publiques devraient faire également un effort: «Je me suis fait engueuler par la Poste, car j'ai dénoncé le fait qu'elle achète des scooters taïwanais», constate-t-il. Il explique alors que lorsque l'entreprise prétexte que le prix était 20% pour cent moins cher que chez un fabriquant français, il faut se poser la question: «ont-ils par exemple pensé aux délais de réparation ? ». Sa conclusion c'est que cela démontre «qu'il ne faut pas uniquement regarder le prix d'achat, mais aussi aussi penser à la vie du produit». En d'autres termes, je dirais qu'il faut penser globalement à l'ensemble des coûts sociaux et environnementaux.

Dans le numéro 3 (Février 2013) de «En direct de l'actu», la direction du Mouvement Démocrate fait des propositions pour réinventer le dialogue social français avec en vue le redressement de notre industrie.

Par ailleurs, Marc Fesneau, secrétaire général du MoDem, chargé de la responsabilité de la préparation des prochains scrutins électoraux, rappelle que deux exigences seront mises en avant: «se concentrer sur l'enjeu électoral et privilégier la compétence à l'étiquette politique».

Critiquant la démarche proposée par Jean-François Copé, il détaille ces deux points.

L'enjeu électoral consiste en la défense de nos savoirs faire et de nos industries, l'accès de tous au logement, les exigences écologiques, la nécessité d'une démocratie locale clarifiée et sereine, l'amélioration concrète de la vie quotidienne, la préservation du cadre de vie et la tranquillité publique.

La compétence sera favorisée par la mise en œuvre de rassemblements nouveaux afin que toutes celles et ceux qui souhaitent, au niveau local, apporter leur contribution au redressement de leurs territoires et donc du pays, puissent le faire.

Enfin, alors que François Hollande tentait, vendredi 8 février au soir, de convaincre qu'il avait tenu à Bruxelles ses grands objectifs en faveur de la croissance et de la politique agricole en dépit d'un budget d'austérité imposé par les Britanniques et les Allemands, on peut rappeler que Robert Rochefort, au micro de RFI, le matin du même vendredi, a eu des propos très durs envers M. Cameron. En outre, en direction du président de la République française, il avait considéré qu'il ne devait pas «être prisonnier du chantage qui s'exerce entre M. Cameron et Mme Merkel, mais s'appuyer sur M. Monti et d'autres de nos partenaires».

Très belle semaine à tous!

Amitiés démocrates

                                     Robert Brugerolles

Les commentaires sont fermés.