Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2010

Pessicart: un Palais des glaces, qui fait oublier l' «Ère Jacques Peyrat»!

 

IMGP0786.JPG

A Pessicart, le comité de quartier a fini par obtenir son local! / Photo Robert Brugerolles

C'était la fête, vendredi 10 septembre, au vallon de la Mantéga à Nice, autour de Claude Giauffret, président du Comité de quartier du secteur. En effet, les élus s'étaient déplacé en nombre à l'occasion de l'inauguration de la fin du chantier de réhabilitation de l'ensemble HLM de «La Mantéga» et du local du comité, particulièrement dynamique, de Pessicart-Mantéga-Righi-Cyrnos.

En fait, financièrement, l'opération était d'importance: comme le souligne Nice-matin, elle valait 2,8 millions d'euros. Bien sûr, ce sont les logements qui ont absorbé la presque totalité de la somme: 36 000 euros en moyenne pour chaque appartement. Le comité de quartier n'a, cependant, pas été lésé dans l'affaire: sa permanence possède deux bureaux avec, comme salle de réception, un «Palais des glaces» du plus bel effet. Cet équipement, qui comme le reste des bâtiments est flambant neuf, lui vient de l'école de danse qui occupait le lieu auparavant. Beaucoup de présidents de comité de quartiers en seront, peut-être, jaloux.

La seule ombre au tableau était, l'absence, sous la tente mise en place pour abriter les discours d'inauguration, de Christian Estrosi retenu par une visite d'usine imprévue avec le Premier ministre. C'est d'autant plus dommage que c'est dans ce quartier qu'il a passé son enfance comme le rappela madame Dominique Estrosi-Sassone à qui revenait la mission de le représenter.

Tous les élus présents firent observer qu'ils avaient soutenu l'opération: les prochaines élections cantonales et sénatoriales ne sont pas étrangères à cette insistance. Pour ma part, je notais l'absence d'allusion, à une exception implicite, à la municipalité précédente sous laquelle la physionomie de la route de Pessicart avait été transformée d'une façon impressionnante: Claude Giauffret a souligné à plusieurs reprise que le comité de quartier attendait son local depuis vingt-cinq ans! Dominique Estrosi-Sassone a relevé fortement le propos. Les divisions à la suite de la démission de Jacques Médecin avaient permis l'élection de Jacques Peyrat. Aujourd'hui, tous, avec Patrick Allemand en tête, affichaient une unité qui ne correspond pas aux combats actuels au niveau national. Un nouveau médecinisme est, peut-être, en train d'émerger qui tourne le dos à l' « Ère Jacques Peyrat»...

 

13:12 Publié dans Articles | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.