Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2010

Conseil de quartier n°3 de Nice: faire un effort de concertation!

 

IMGP0435.JPG
Les animateurs de l'Assemblée générale du
Conseil de quartier n°3 de Nice, le 27 avril 2010 à l'école de Saint Pancrace
/ Photo Robert Brugerolles

C'est le mardi 27 avril 2010 à 18 heures 30 à l'école Saint Pancrace (461 bis, Route de Pessicart), qu'a eu lieu l'Assemblée générale du Conseil de quartier n° 3 de Nice qui se nomme, en fait, Conseil de quartier «Pessicart, Saint Pierre de Féric, Saint Pancrace». La réunion était ouverte au public et placée sous la présidence de Gilda Perinetti Conseillère municipale comme annoncé sur le site de la ville:

http://www.nice.fr/Proximite/Collines-nicoises/conseil-de...

L'objectif principal, qui n'était même pas voilé, puisqu'il est dit: «Venez vous renseigner sur les réalisations, les projets et l'évolution de votre quartier», s'apparentait essentiellement à de la simple communication institutionnelle en direction d' électeurs potentiels.

Or qu'en est-il exactement de la fonction de Conseil de quartiers?

Pour répondre à cette question, revenons à l'esprit de la politique citoyenne de proximité.

Il faut savoir que la ville de Nice été découpée par la Mairie en huit «pôles de proximité», qui étaient appelés auparavant «territoires», comportant chacun, selon le cas, de 1 à 3 conseils de quartiers. Il s'agit d' instances de concertation dans tous les domaines relevant de la gestion du cadre de vie et de l’animation des quartiers, instaurées dans le cadre de la politique de proximité établie par la loi Vaillant en 2002. En ce qui concerne le Conseil de quartier n°3, il relève du pôle de proximité des «Collines Niçoises», placé sous la responsabilité d' Olivier Bettati, adjoint au maire. Deux réunions non publiques au minimum sont prévues par an.

En fait, l'ordre du jour de cette réunion était le suivant :
1. Présentation du travail des conseillers de quartiers de l'année 2009
2. Organisation de la Proximité
3. Actions de développement durable
4. 150e anniversaire de l’ Union du Comté de Nice à la France : 150 projets de proximité
5. Questions diverses

Cette réunion publique était donc, très attendue pour en savoir beaucoup plus sur la qualité de la concertation concernant ces points et je dois dire que, selon une grande majorité de présent, cette rencontre a eu le goût de l' impréparation, du malentendu et de la frustration. En effet, tout d'abord, les projections des réalisations ne purent être faites (l' obscurité ne pouvant être obtenue dans la salle très ensoleillée!), la lecture de textes et d' imprimés d'une voie monocorde par Gilda Perinetti n'était pas prenante (j'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'une corvée) et enfin le passage en revue des propositions des quatre commissions mises en place n'a pas été effectué au grand regret de leur responsable. Il aurait été très intructif de décliner la nature de leurs recommandations concernant les transports en commun, la sécurité et la voirie!

Le temps fort a donc, été le moment des questions diverses où le public a exprimé son besoin d'écoute et la nécessité d'avoir plus de concertation.

Cette absence de concertation a été soulignée dans le cadre de l'installation de la piste cyclable du boulevard Gambetta et elle a été notable dans le cadre de la recherche des solutions pour éviter les décharges sauvages du chemin du Génie: chacun restant un peu sur ses positions. Ainsi, le Conseiller général Daniel Benchimol s'est dit prêt, en théorie, à multiplier les caméras car "on peut passer de 300 caméras essentiellement au centre ville à 600 ou 650 en incluant les collines", alors que les habitants voisins du chemin du Génie demandaient eux, une décision rapide pour préserver leur environnement. Le dialogue de sourd atteint un niveau supérieur quand Daniel Benchimol se met à parler de l'élargissement des voies collinaires qui nécessite d'emblée un gros investissement de 300 millions d'euros pour avoir les parcelles nécessaires et qu'il indique que le Maire souhaite que la gestion de ces voies soit déléguée au Conseil général mieux outillé pour cela. Ceux qui souhaitaient une solution à court terme en sont pour leurs frais!

Dans le bas de Pessicart, il y a aussi de la déception concernant une demande de caméra et la présence de «personnel en uniforme».

En réponse aux critiques, l'élément le plus concret proposé aux habitants a été de leur signaler la possibilité de visites guidées, mais au compte goutte et pour une période provisoire très limitée, du Centre de Supervision Urbaine.

En matière de concertation, il y a donc, beaucoup de marge pour mieux faire!

 

Les commentaires sont fermés.