Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2010

J+8: le MoDem doit faire face aux menaces insidieuses de ses concurrents!

IMGP0294.JPG
Catherine Levraud au rassemblement du MoDem de PACA du dimanche 7 mars 2010: la liste "Alliance Démocrate et Ecologiste, au centre avec François Bayrou" n'a pas pu se qualifier pour le second tour contrairement à la liste Europe-Ecologie. / Photo Robert Brugerolles

 

 

La bonne nouvelle de ce dimanche 21 mars 2010, c'est l'élection d'une dizaine de conseillers régionaux du MoDem en Aquitaine: Jean Lassalle, fidèle à l'indépendance du Centre voulue par François Bayrou, a mené, face au clivage gauche/droite, une campagne de terrain et d'action, authentique et courageuse correspondant bien à son image. Sa liste décroche 10 sièges sur 85 au nouveau Conseil Régional avec 15,65 % des suffrages (en augmentation d'un tiers environ par rapport au premier tour!).
On peut donc, dire bravo à Jean Lassalle et le remercier, lui et son équipe de militants, pour avoir
démontré à ceux qui en doutait encore que cet objectif de construction d'une force politique centrale est toujours bien réalisable:

http://www.mouvementdemocrate.fr/evenements/elections-reg...

 

Ceci dit, la leçon générale à tirer de tout cela est que si l'indépendance du MoDem peut porter ses fruits, elle n'est pas commode à défendre. Ainsi, après la présidentielle de 2007, l'UMP avait arraché au centre, regroupé autour de François Bayrou, une part considérable d'élus de l'UDF. Dans le cadre de ces régionales, c'est Europe-Ecologie, à son tour, qui emporte bon nombre de militants de CAP 21 à gauche. Cette opération s'est tristement conclue par la démission de Corinne Lepage du MoDem. Ces siphonages successifs sont menaçants pour l'autonomie et la crédibilité du Mouvement démocrate auprès des électeurs. J'y vois la raison principale de nos scores du premier tour.


De ce fait, je pense utile de pointer la stratégie de sape d'un «centre indépendant» engagée par Daniel Cohn-Bendit. Il veut jouer le sketch de l'arroseur arrosé à son avantage. Le MoDem veut instaurer une démocratie nouvelle, alors, il décide d'aller plus vite et plus fort et de lui faire la leçon. Il explique cette stratégie dans une tribune publiée ce lundi 22 mars dans Libération et diffusée sur son site internet en souhaitant une "structure pérenne et souple à la fois" loin de "la folle tempête des egos en compétition". En soulignant que "Verts, socialistes, Cap 21, communistes" et d'autres peuvent être "partie prenante de cette dynamique collective", il "imagine une organisation pollinisatrice, qui butine les idées, les transporte et féconde avec d’autres parties du corps social":

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/21/97001-201003...

Ainsi, Daniel Cohn-Bendit continue à fabriquer toujours avec persévérance, le tuyau pour pomper les suffrages qui se portent sur François Bayrou. De fait, la structure du MoDem regroupé autour de François Bayrou se retrouve menacée de l'extérieur par cette «dynamique collective» qui vise à passer au-dessus de ses instances démocrates élues.

En résumé, il faut constater que le Nouveau Centre et Europe-Ecologie ne pensent, en pratique, qu'à détruire l'assise politique de François Bayrou et à marginaliser au maximum le MoDem. Ce sont des instruments au main d'un coté de l'UMP, de l'autre du PS pour cet objectif.

Inféodé à des structures prêtes à reprendre la lutte des classes, Europe-Ecologie prône des idées centristes essentiellement pour prendre les idées et les voix du MoDem: ce n'est même, peut-être, au fond, qu'un simple cheval de Troie pour détruire François Bayrou et le centre!

Dans ces conditions, il est important que le MoDem définisse une démarche éclairante qui mettent en évidence ces pratiques menaçantes pour son existence. De notre capacité à réagir et à rester autonome dépendent la survie du mouvement et le développement de notre ligne politique.

19:27 Publié dans Articles | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bonjour Robert.
Tout à fait d'accord avec ton analyse.
On a l'avenir devant nous, les baudruches finiront par se dégonfler. Si la démocratie cède, alors Jean Marie ou sa fille ou sa petite fille avec les pipoles nous plongeront dans la nuit.
Nous sommes minoritaires, sans budget, mais nous avons raison.

Écrit par : Serge | 22/03/2010

D'accord avec toi Robert, mais si ce siphonage marche, en plus des causes extérieures, c'est qu'il y a un véritable manque intérieur qui pousse à accélérer cette force centrifuge.
Il nous reste encore beaucoup de personnalités fortes dans le mouvement qui ne demandent qu'à s'exprimer et agir dans le cadre du Modem. Il nous faut se restructurer pour que chacun puisse vivre avec plaisir et liberté le mouvement, qu'il devienne une force centripète, nos différences et nos convergences doivent exister de façon harmonieuse dans l'agrégat qu'est notre mouvement.
En soi, la proposition de Cohn-Bendit, n'est pas fausse, mais ne conduit qu'à renforcer le bipartisme, ce qui n'est pas notre raison d'être. Faisons vivre le Modem, dans chaque quartier, village et ville; que chaque adhérent puissent trouver les moyens de s'exprimer sur les sujets qui lui tiennent à cœur.
Pour conclure, nous avons à construire ce rêve centriste qui dépasse les ambitions électoralistes de certains, même de son président.

Écrit par : JP Fray | 23/03/2010

Vous avez raison, je ne sais toujours pas pour qui roule Europe Ecologie avec un peu trop de trolls de l'UMP en PACA. Quant à Cohn Bendit c'est un libéral qui comme le dit JP travaille pour un bipartisme à l'anglo-saxonne.
Mais il faut être lucide des erreurs ont été commises par Bayrou . C'est un leader mais pas du tout un chef de parti. Il va devoir revoir sa copie !
Les ambitions électoralistes font faire éclater la belle union de gauche, la duflot a commencé aujourd'hui et tous les chefaillons verts vont suivre. Je préfère ne pas parler du PS ....
Le MoDem sera alors à reconstruire patiemment mais pas avec ceux dont les ambitions n'étaient qu'électoralistes.

Écrit par : Anik | 23/03/2010

Les commentaires sont fermés.