Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2009

J-quatorze jours: le MoDem en vedette!


DSCN1636.JPG

Comme partout, le MoDem accourt à l'aide des habitants qui ne sont plus écoutés ni respectés. Hier, samedi 22 août 2009, c'était au quartier de Pasteur à Nice. Fabien Bénard, sa suppléante, Sandrine Julien, et une partie de leur équipe ne traînent pas pour aller au devant des habitants./ Photo Robert Brugerolles

 

Hier, samedi 22 août, à Marseille, le MoDem était reconnu par la gauche qui compte, comme un partenaire incontournable. Ainsi, une standing ovation méritée a salué le discours engagé de Marielle de Sarnez, Vice-présidente du Mouvement Démocrate.

On peut dire aussi, qu'à Nice, dans le cadre de l'élection partielle du 6 ème canton, on perçoit bien en général la place exceptionnelle qu'occupe, désormais, le MoDem sur l'échiquier politique. Pour cela, il suffit de commencer par consulter la liste officielle des onze candidats dans l'ordre du tirage au sort: Xavier Garcia et Anne-Julie Clary (PS); Fabien Bénard et Sandrine Julien (MoDem); Lauriano Azinheirinha et Muriel Marland-Militello (UMP-NC); Vincent Riccobono et Claire Laurenti (DVD); Michel Cotta et Willa Marcoff (Alliance Ecologiste Indépendante); Vincent Péchenot et Marie-Luz Hernandez-Nicaise (Les Verts); Emmanuelle Gaziello et Olivier Sillam (PC); Brigitte Ferrari et François Fauchon (Alliance Centriste); Jean-Louis Faudi et Martine Gilbert (FN); Benoît Loeuillet et Marie-Edith Cattet ( Nissa Rebella); Jean-Pierre Pisoni et Rosa Di Caro (Les Communistes).

 

Ceux qui se réclament avec plus ou moins de force d'un changement à proposer à droite sont: Lauriano Azinheirinha et Muriel Marland-Militello (UMP-NC); Vincent Riccobono et Claire Laurenti (DVD); Michel Cotta et Willa Marcoff (Alliance Ecologiste Indépendante); Brigitte Ferrari et François Fauchon (Alliance Centriste); Jean-Louis Faudi et Martine Gilbert (FN); Benoît Loeuillet et Marie-Edith Cattet ( Nissa Rebella). Avec six candidatures, soit 55% de l'ensemble, ils forment le gros des troupes. Ils ne parviennent pas à mettre sur pied des programmes dignes des compétences de l'assemblée cantonale locale et se contestent les uns les autres de manière stérile.

 

Le deuxième groupe est formé de ceux dont les amis ont fait une standing ovation à Marielle de Sarnez hier: Xavier Garcia et Anne-Julie Clary (PS); Vincent Péchenot et Marie-Luz Hernandez-Nicaise (Les Verts); Emmanuelle Gaziello et Olivier Sillam (PC). Ils représentent une force qui a tendance à s'unir comme l'a bien souligné Marielle de Sarnez à Marseille: «Nous venons d'horizons divers mais si nous croyons qu'il y a de l'insupportable dans ce qui se fait aujourd'hui (...) alors ce qui nous rassemble est plus fort que ce nous divise». Effectivement, dans ce groupe, qui représente 27% des candidats, les programmes se « recentrent » (si je peux m'exprimer ainsi!) ne nécéssitant pas, comme à droite, une multiplication désastreuse de candidatures, symptomatique d'un grand trouble. Seuls Jean-Pierre Pisoni et Rosa Di Caro (Les Communistes) se sont inscrits en dissidents et représentent 9% de l'ensemble des candidats.

 

Dans cette affaire donc, les candidats du MoDem, Fabien Bénard et Sandrine Julien, apparaissent comme les moins contestables et les moins contestés. Comme Marielle de Sarnez à Marseille, ils peuvent dire: «Les temps appellent des comportements nouveaux. Nous avons beaucoup à faire ensemble». Ils peuvent aussi, fustiger comme elle, l'«ultrapersonnalisation du pouvoir» et la «partialité». Effet, par exemple, Lauriano Azinheirinha (UMP-NC), qui vient du Nouveau Centre, se recommande de Christian Estrosi et pas, essentiellement, de Rudy Salles, dont il est le chef de cabinet, car il n'est pas jugé médiatiquement assez crédible. La partialité et le manque de discernement apparaît aussi dans les urgences citées par ce même candidat: c'est la confusion des compétences la plus absolue entre celles municipales et celles départementales. On aboutit à un morceau de désinformation civique stupéfiant de la part d'un élu. A cela s'ajoute l'usage provocateur de Twitter pour « renseigner » de manière obscure les électeurs de la campagne.

 

Oui Marielle!, il y a de l'insupportable à Nice, même la droite le clame.

Nos courageux candidats MoDem, Fabien Bénard et Sandrine Julien, qui mettent en relief les abus de cette candidature UMP-NC, méritent donc, bien l'écoute que les habitants du 6ème canton de Nice leur accordent. Les Niçois ont, en effet, bien besoin de démocratie, d'humanisme, d'écologie et de solidarité, des valeurs que la politique « bling-bling » met dramatiquement à mal.

 

Ci-dessous, la nouvelle affiche avec CAP 21 bien en évidence!

nice_6eme_canton_fabien_benard_sandrine_julien.jpg

 

09:34 Publié dans Articles | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Très belle affiche, particulièrement réussie.

Écrit par : Dominique | 24/08/2009

Les commentaires sont fermés.