Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2009

Dette: la France classée parmi les pays qui vont dans le mur!

DSCN1513.JPG

On se rapproche dangereusement du mur!

/ Photo Robert Brugerolles

 

La France, du fait de sa dette, va dans le mur avec un ensemble de pays développés.


Ainsi, hier, jeudi 30 juillet 2009, le Fonds monétaire international (FMI), dans son "Rapport de surveillance budgétaire multinational", a estimé que la dette publique de la France devrait atteindre une moyenne de 95,5% de son produit intérieur brut en 2014, contre environ 73% actuellement et 63,8% avant la crise. Le taux pour l'ensemble des pays développés est évalué en moyenne 120% du produit intérieur brut en 2014, soit 40 points de plus qu'avant la crise économique.


Le Japon, pronostiqué à 239,2% du PIB en 2014, contre 187,7% en 2007, et les Etats-Unis, à 112% de la richesse nationale en 2014, contre 63,1% avant le début de la crise en 2007, font figure de bien mauvais compagnons de galère.
De ce fait, le FMI a alerté les pays en question en leur signalant qu'il est souhaitable qu'ils fassent, à moyen terme, un « effort conséquent » de réduction des déficits. Il note que "sans de telles stratégies, la hausse des taux d'intérêt et des primes de risque pourrait saper l'efficacité des mesures de relance".
Cette tendance a été confirmée pour la France par l'INSEE qui a indiqué, fin juin que la dette publique (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) a augmenté de 86,5 milliards d'euros au premier trimestre 2009 par rapport au trimestre précédent pour atteindre 1.413,6 milliards, c'est-à-dire environ 73% du PIB.


En résumé, il y a de quoi s'inquiéter car les Etats endettés seront de plus en plus affaiblis avec des marges de manoeuvre limitées comparativement aux grosses entreprises capitalistes internationales qui sont finalement bien plus réactives. Pour ma part, je pense que ces déséquilibres ne vont pas rester sans conséquences et que des « frictions » à l'échelle planétaire sont à craindre à terme.

 

 

18:29 Publié dans Articles | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.